BRA d'octobre

Rédigé par David Champelovier | Classé dans : Randonnées

19
10 | 14

A l'initiative de Vincent, nous avons remis le couvert en ce 19 octobre, pour rendre une dernière visite en 2015 au géant Galibier et à son voisin la Croix de Fer.
Attention aux yeux, la beauté des paysages peut surprendre...

Lorsque Vincent propose cette sortie en début de semaine, je suis tout de suite partant, et la perspective d'un BRA d'automne égaiera ma semaine de travail. Je n'ai jamais gravi le Galibier, ni même de grand col, en octobre. Les paysages doivent être magnifiques, et très différents bien sûr de ceux de mai avec la neige. L'idée de s'improviser un BRA, alors que j'ai roulé seulement une dizaine d'heures ces quatre dernières semaines, est également motivante: je suis bien curieux de savoir si je peux me permettre ce luxe, si oui dans quel état de forme.

Pour la dernière occasion de l'année de faire ce parcours, malheureusement tout le monde ne peut pas se libérer au dernier moment. Nous serons trois, Thomas cédant finalement à l'appel de la montagne.

Le parcours est un classique: col du Galibier par le Télégraphe, descente de la vallée de la Romanche jusqu'à Rochetaillée, col de la Croix de Fer et, bonus par rapport au 29 mai, nous ajouterons aujourd'hui le col du Mollard avant de redescendre en Maurienne.
Pour les mêmes raisons qu'en mai, nous partons de la Maurienne. Cela permet de placer le plus gros morceau en début de parcours, de laisser le soleil réchauffer l'atmosphère pendant cette longue première ascension. Quant au sens du parcours, je préfère infiniment gravir le Galibier par ce versant que par la vallée de la Romanche où c'est trop long, trop plat et trop encombré de voitures.

Nous décollons de Saint-Jean-de-Maurienne à 7h30 avec l'éclairage, tandis qu'il fait encore nuit. Mais, le ciel étant très clair, la luminosité augmente très vite et il fait complètement jour lorsque nous parvenons à Saint-Michel-de-Maurienne au pied du Galibier.
Nous grimpons tous ensemble le col du Télégraphe. Jean-Philippe y est passé hier, en descente, et nous a prévenus que la route était raclée sur plusieurs kilomètres. Mais dans le sens de la montée, ça ne pose pas de problème.
Je trouve le rythme un peu élevé pour le début d'une étape de 9 à 10 heures. La trace GPS dira le contraire. Je dois être un peu long à me chauffer.

Au col du Télégraphe, il ne fait pas si froid. Le soleil nous réchauffe. Les manchettes suffisent pour la descente sur Valloire. A Valloire, nous mesurerons au minimum 6 degrés, mais comme c'est en montée ce n'est pas gênant.
La remontée sur les Verneys est toujours aussi difficile mais permet de réchauffer le bout des doigts. Un peu plus haut, de longs camions sont stationnés pour accueillir les moutons qui ont terminé leur stage en altitude pour cette année. Ça sent la fin de saison, bientôt les paysages changeront de couleur.

Nous arrivons enfin au virage de Plan Lachat, que tout le monde attendait avec impatience. Il reste 8 kilomètres d'ascension. Vincent s'envole tandis que je reste avec Thomas, je suis prudent par rapport à ma forme et à l'écoute de mes sensations.

A 4 kilomètres du sommet, je décide de partir à la poursuite de Vincent, sans être vraiment convaincu du résultat, car il a pris une bonne avance et je ne veux pas non plus me mettre dans le rouge. Je reviens petit à petit, finalement il m'aperçoit et accélère un peu. Dans les deux derniers kilomètres, l'écart restera autour de 30 à 40 s. Vincent aura beaucoup mieux passé le Galibier qu'en mai. Quant à moi, je ne suis pas mécontent de mes sensations. Thomas nous rejoint peu après. Il fait 10 degrés à l'ombre, c'est royal.

Pour la descente jusqu'au Lautaret, j'ai mis mon coupe-vent mais il n'était pas vraiment nécessaire. Mes deux compères font une descente rapide, tandis que moi, toute la journée, je serai excessivement crispé tout au long des descentes. La conséquence de mon accident du mois dernier, du manque d'entraînement ces derniers temps, et aussi du passage d'un vélo à l'autre. Et puis cette descente, elle n'est pas bien large et on n'a pas toujours la visibilité idéale pour prendre de la vitesse.

La descente s'effectue en ordre dispersé jusqu'à la première remontée avant le barrage du Chambon. Sur la fin, nous prendrons quelques relais modérés sur la portion plate et rectiligne avant Bourg-d'Oisans. Après une pause sandwich et un ravitaillement en eau, nous reprenons notre route pour Rochetaillée puis Allemond où la Croix de Fer nous attend.

A ce stade de la journée, nous savons que la Croix de Fer est un gros morceau, bien plus gros qu'au petit matin du BRA de l'an dernier. Nos principales difficultés se nomment fatigue, digestion, chaleur.
Connaissant tout particulièrement ma mauvaise aptitude à gérer une telle élévation de température, j'effectuerai toute la portion jusqu'au Rivier-d'Allemont en troisième position, jamais bien loin de Vincent ni de Thomas parti devant. Cette portion est usante, et il ne faut pas y gaspiller des forces car le plus difficile se situe juste après !

Juste après, c'est la descente en courts lacets vers le torrent de l'Eau d'Olle, puis les deux kilomètres dantesques qui suivent.
Après la petite descente, je constate que l'on passe à l'ombre, qu'il y fait bien frais et que je suis encore en forme. Je décide alors d'accélérer et je ne reverrai plus mes compagnons jusqu'à ma pause au barrage.

Nous terminons l'ascension tous ensemble. Au col de la Croix de Fer, il est inutile ici d'enfiler le moindre vêtement supplémentaire: il fait doux.
La descente est, je pense pouvoir l'écrire, horrible. C'est étroit, ça n'arrête pas de tourner, il y a des gravillons par endroits, puis le bitume devient extrêmement mauvais, marqué par les hivers successifs. Rien pour améliorer ma confiance dans les descentes.
On se retrouve au pont de Belleville où, comme prévu, et puisque tout le monde a encore de bonnes jambes, nous attaquons les 400 mètres de dénivelé du col du Mollard.
Thomas y trouve des jambes fabuleuses et s'envole. Je parviens à le rejoindre, derrière Vincent aura une petite fringale dans cette ascension. Nous grimpons sur un bon rythme, un peu moins vite sur la fin. Thomas est joueur alors je lance le sprint, mais il me dit qu'il n'a plus de jambes, donc je me ravise, d'ailleurs je ne sais pas vraiment ce qu'aurait pu donner un sprint à ce stade de la journée. Peu importe, on en a fini avec les montées, on est heureux d'être là et on est loin d'être à bout de forces.

La descente nous réserve une petite surprise avec une section gravillonnée. Je descends prudemment avec Vincent dans ma roue. C'est bien trop lent pour Thomas, qui s'arrête à plusieurs reprises pour nous attendre.
La boucle est bouclée vers 17h50, bien avant la tombée de la nuit.
Cette journée restera inoubliable. Cette année, nous aurons fait l'ouverture du Galibier, et pratiquement sa fermeture. La saison de haute montagne est courte. Avoir pu grimper deux fois le Galibier à 5 mois d'intervalle et, pour ma part, après être passé à 5 reprises cette année dans le versant Sud de la Croix de Fer, je peux dire que j'en ai bien profité. Une grande réussite de 2014.
Après 6 semaines sans dépasser 4 heures de vélo d'une traite, 6 semaines passées à enchaîner des exercices chrono d'une demi-heure à une heure tous les week-ends, j'ai donc pu me permettre le luxe de terminer ce parcours du BRA, sans être trop entamé. J'avais la forme qu'il fallait pour profiter au maximum de ces instants, de ces paysages grandioses.
Rendez-vous en mai 2015, les grands cols !

Mots clés : Aucun

Commentaires

Le 26 octobre 2014 Brigitte a dit :

#1

Bravo à vous trois, quelle aisance sur ce parcours exigeant , l'aisance qu'il faut pour en profiter ! Un régal les photos ...

Le 26 octobre 2014 Vincent a dit :

#2

Une fois encore merci pour la journée et pour le partage de ton récit qui immortalise cette sortie qui fut au delà de mes espérances en terme de forme et surtout de paysages. 2014 est comme tu le dis une saison que je garderai en mémoire. La saison qui m'aura vu boucler ce fameux parcours deux fois et deux fois dans des conditions dont peu de gens peuvent profiter.

A refaire l'an prochain, ici ou ailleurs! Quand les gens me demandent pourquoi je "m'inflige" (je ne suis pas daccord avec le terme bien entendu) des entrainements régulier, je leur réponds en leur montrant ces images... Pour pouvoir monter en en profitant pleinement.

Le 26 octobre 2014 franco a dit :

#3

MAGNIFIQUE,que dire d'autre !!!les photos sont a couper le souffle ,un vrai régal bravo pour cette belle balade le galibier peut désormais revêtir sont manteau blanc.....

Le 27 octobre 2014 cestdurlevelo a dit :

#4

Ouah. Quels paysages. Et quels cyclos!!! Un groupe de sacrés grimpeurs :)
Comme tu dis, pouvoir faire ça deux fois à 5 mois d'intervalles sur une même année civile, c'est magique.
L'année prochaine j'espère ne pas rater ça pour une troisième fois consécutive !

Le 27 octobre 2014 Alex a dit :

#5

les photos sont magnifiques (notamment la dernière sur les Aiguilles d'Arves prise dans les derniers mètres du mollard)
on sent que l'hiver est proche.
ça donne envie de le faire (j'ai déjà fait ce parcours en 2012, mais pas en enchaîné ), peut être en 2015 !

bravo à vous 3 :)

Le 27 octobre 2014 Olive a dit :

#6

Quel beau final !!!! Une sortie qui fait du bien à lire mais surtout à voir ....Bravo à la fine équipe et merci de nous l'avoir fait partager !

Le 28 octobre 2014 pascal a dit :

#7

Encore une belle sortie qui va te donner beaucoup de confiance pour la saison 2015, avec le vrai super BRA en prime pour le 12 juillet, il faudra être en en forme pour aborder les 5000 m de D+ avec aisance mais là je ne doute pas pour tes capacités et en plus il y aura un peu plus de monde que 2 valeureux gaillards pour t'aider à te motiver.
Ce mois d'Octobre rattrape largement le mois de Juillet et Août de cette année où j'ai préféré aller à la croix de fer plutôt qu'au Galibier tellement les températures étaient basses.

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#8

@Brigitte :
Merci Brigitte. On s'est régalé, c'est le mot !

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#9

@Vincent :
Salut Vincent,
Tu maîtrises maintenant ce parcours parfaitement.
Pouvoir faire cela deux fois par an dans ces conditions, c'est royal. Rien à voir avec la période estivale où il fait trop chaud et où les routes sont encombrées.
Merci à toi d'avoir proposé cette sortie dont je ne me lasserai jamais !
A bientôt.

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#10

@franco :
Salut Franco,
On a pensé à toi pendant cette journée, vivement la prochaine pour l'ouverture du Galibier 2015 !
A+

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#11

@cestdurlevelo :
Salut Baptiste,
Les photos sont là pour te faire patienter jusqu'en 2015, mais l'an prochain j'espère bien que tu seras de la partie.
Sacrés grimpeurs, je ne sais pas, mais en tout cas c'est un plaisir de parcourir ces montagnes en sachant économiser ses efforts.
A+

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#12

@Alex :
Salut Alex,
Merci pour le compliment concernant les photos. Elles ont toutes été prises en roulant et sans vrai cadrage... J'ai dû en jeter plein.
Au plaisir de grimper ces cols ensemble l'an prochain !

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#13

@Olive :
Salut Olive,
Après tous ces articles sur mes grimpées chrono, je devais bien ces belles photos à mes lecteurs. Un régal de varier les sorties ainsi. Franchir un grand col, c'est toujours beaucoup d'émotion pour moi. La première fois que j'ai grimpé le Galibier par Valloire et que je l'ai redescendu par le Lautaret, c'était il n'y a pas si longtemps, en 2011 pour mon premier "BRA" en solo. Je ne l'oublierai jamais. Et pouvoir refaire cela aujourd'hui sans avoir à me poser trop de questions sur ma forme, mon entraînement et mes efforts, c'est la cerise sur le gâteau d'une belle saison cycliste.
A+

Le 02 novembre 2014 David Champelovier a dit :

#14

@pascal :
Salut Pascal,
Je me régale d'avance du parcours du BRA 2015.
Super mois d'octobre effectivement, il faut savoir saisir les opportunités comme cella-là.
A bientôt.

Le 23 novembre 2014 Lionel TMV a dit :

#15

C'est je crois la première fois que je viens faire un tour sur ton blog, eh ben je suis servi, sublime.

Le 24 décembre 2014 KIKI-129 a dit :

#16

BRAVO à vous 3, superbe parcours, si tard dans la saison c'est une chance énorme de se faire un BRA
Le BRA c'est ma 1ère grosse expérience de la montagne en 1995, ça restera un de mes meilleurs souvenirs.
Les photos sont magnifiques.
J'aimerai bien refaire un simple BRA en 2015, le super je risque d'être un peu juste maintenant. Mais la priorité à la famille et les travaux à notre maison ne permettent plus de faire autant de montagne.
Bonnes fêtes.

Le 26 décembre 2014 Dany a dit :

#17

Découvert par hasard en lisant vélo101 qui, au fil des lectures, me conduisit d'abord sur le blog de Brigitte(que je salue !) et ensuite ici, je suis sous le charme de cette sortie splendide dans les géants du Tour. Bravo, bon blog, belles photos, continuez et vive le vélo !

Le 02 janvier 2015 David Champelovier a dit :

#18

@Lionel TMV :
Bonjour Lionel,
Merci. Il faut dire que ces paysages de haute montagne laissent rarement indifférent, surtout en début et en fin de saison...

Le 02 janvier 2015 David Champelovier a dit :

#19

@KIKI-129 :
Bonjour KIKI,
Merci pour ton commentaire !
Si je me souviens bien, le parcours était encore faisable une à deux semaines plus tard. La fenêtre de praticabilité de la haute montagne était large cette année, et on en a bien profité.
Le BRA 2015, j'y serai. Ce sera encore un grand moment de vélo.
Bonne année !

Le 02 janvier 2015 David Champelovier a dit :

#20

@Dany :
Bonjour Dany,
Merci pour vos encouragements. J'espère pouvoir faire d'autres belles sorties comme celle-là en 2015.

Fil des commentaires de cet article

Ecrire un commentaire




Quelle est la dernière lettre du mot ymcw ? :